• info@activealbania.com
  • +355675000097
  • ENGAGEMENT DE REMBOURSEMENT DU COVID-19. En savoir plus sur notre flexibilité accrue
  • ici.

AGISSEZ: Rejoignez l'appel mondial pour protéger les rivières pendant la pandémie!

Today’s crisis exposes the critical need to ensure freshwater and communities that depend on it are resilient, respected, and climate-prepared. It’s time to invest in a just energy transition to renewables that do not harm our precious water sources. Se connecter for the future of our freshwater in a post-COVID world.

Partout dans le monde, la construction de grands barrages a ralenti en raison des mesures de verrouillage liées à la pandémie et des retombées économiques qui en découlent. Big Hydro a même récemment reconnu une baisse de «confiance en ce qui concerne les investissements et les opérations futurs». Des projets aux coûts humains et écologiques stupéfiants, auparavant considérés comme inévitables, sont désormais remis en question par des communautés, des nations et des régions entières.

Voilà la bonne nouvelle.

Pourtant, malgré les incertitudes économiques croissantes autour de la construction de barrages et le verrouillage mondial, de nouveaux projets sont toujours en cours. Inscrivez-vous pour exiger l'arrêt de la construction de nouveaux barrages pendant la pandémie et pour garantir l'avenir de notre eau douce.

Un autre barrage a été récemment proposé pour le cours inférieur du Mékong, malgré le fait que la Thaïlande n'utilise pas l'énergie produite. L'Afrique du Sud a réitéré son engagement à réaliser le mégaprojet Inga 3 sur le fleuve Congo, malgré le prix choquant de $18 milliards du barrage et l'aggravation de la crise de la dette du pays. En Amazonie brésilienne, le gouvernement Bolsonaro tente de poursuivre la construction du barrage de Castanheira sur la rivière Arinos, un projet extrêmement coûteux qui ne produirait que 140 MW d'électricité, provoquant des conséquences désastreuses pour la biodiversité des poissons et les moyens de subsistance des peuples autochtones.

Le monde ne peut pas se permettre que ces projets «business as usual» se poursuivent.

Des projets comme ceux-ci représentent des menaces extrêmes pour la biodiversité, notre capacité à ralentir la crise climatique et la vie et les moyens de subsistance de centaines de millions de personnes. Et il ne s'agit même pas de mentionner la dette que les grands barrages imposent aux pays à faible revenu, tout en échouant à remédier à la pauvreté énergétique et aux autres inégalités qu'ils promettent de réduire. Pour ne donner qu'un exemple déchirant de ce à quoi cela ressemble: il y a deux ans, plus de 6 500 personnes rurales et autochtones ont été déplacées, et des dizaines ont été tuées, lorsqu'un barrage s'est effondré au Laos. Bien que la société n'ait pas encore indemnisé adéquatement les survivants - qui restent dans des conditions difficiles avec un logement temporaire, des installations médiocres et des terres et des moyens de subsistance perdus - les promoteurs et les investisseurs ont néanmoins continué à terminer la construction. Ces intérêts commerciaux prévoient en conséquence de gros profits.

Mais Big Hydro ne démissionne pas. Dans une récente déclaration de l'Association internationale de l'hydroélectricité, les plus grandes sociétés hydroélectriques du monde appellent les gouvernements à «accélérer les approbations de planification» pour s'assurer que les nouvelles constructions peuvent commencer le plus tôt possible. L'industrie s'efforce également de s'assurer que les grands barrages sont considérés et garantis comme essentiels à la reprise. Et il s'efforce de faire des projets dévastateurs sur le plan écologique à la fois renouvelables et essentiels à une transition énergétique propre.

Loin de se tourner vers une technologie désuète et à forte intensité de gaz à effet de serre pour accélérer une transition juste, nous devrions faire le point sur les barrages qui sont proposés… le financement qui a été engagé… et le besoin réel de grands barrages ensemble.

Il y a une raison pour laquelle le secteur de l'hydroélectricité était en déclin et les véritables énergies renouvelables comme l'éolien et le solaire montaient bien avant la pandémie. Le rapport coût-bénéfice du financement de grands projets hydroélectriques pour répondre aux besoins énergétiques mondiaux est de plus en plus intenable. Des barrages sont en cours de désaffectation du Klamath au Danube. En mars, le gouvernement cambodgien a imposé un moratoire sur les nouveaux barrages sur le Mékong pendant dix ans, tout en augmentant les investissements dans son potentiel pour des énergies renouvelables plus justes et résilientes.

C'est pourquoi nous appelons les gouvernements, les promoteurs et les financiers à soutenir un moratoire sur les nouveaux barrages et à donner la priorité au développement énergétique qui respecte la santé des écosystèmes fluviaux, les droits des communautés et la justice énergétique.

Signez ici pour vous joindre à nous dans cet appel.

Poste un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience.